Profitez de 20% de remise avec le code SOLDES20 jusqu'au 23 juillet 2024 !

1 février 2024

Les idées reçues sur la literie et le mal de dos

literie-et-mal-de-dos

Beaucoup pensent que le mal de dos est réservé aux personnes plus âgées mais il n’en est rien. Le mal de dos peut toucher chacun d’entre nous et ce à n’importe quel âge. Si la literie est souvent la première incriminée, il convient donc de bien connaître et d’éliminer quelques idées reçues sur le lien entre literie et mal de dos.

Dormir sur un matelas trop ferme

Votre grand-mère vous l’a sûrement dit : dormir sur un matelas mou va vous procurer des douleurs au dos et pour bien dormir, il faut donc choisir un matelas ferme. La sagesse venant avec l’âge, nos aïeules n’ont pas franchement tort et il est effectivement recommandé d’éviter les matelas trop mous qui n’apportent pas de soutien suffisant quand on a le dos fragile.

Néanmoins, attention à ne pas tomber dans l’excès. En effet, si vous êtes sujet aux douleurs dorsales, un matelas trop ferme risque de générer des tensions et douleurs au niveau des lombaires.

Quand vous souffrez de douleurs dorsales au réveil, le mieux reste donc de tester un matelas par vous-même pour estimer si son soutien vous convient. Notez également que la morphologie a un impact sur la façon dont un matelas peut nous soutenir.

Quel matelas faut-il pour éviter les douleurs au dos ?

Certains dormeurs auront moins mal au dos avec un matelas ferme, d’autres avec un matelas moelleux et certains seront uniquement satisfaits par un mélange des deux.

Malheureusement, il n’y a pas de règle universelle pour trouver un matelas contre le mal de dos. Pas de technologie à privilégier en particulier non plus.

Toutefois, nous sommes toujours en mesure de vous apporter quelques recommandations sur le genre de matelas qui conviendrait en fonction de vos soucis. Notamment en ce qui concerne la morphologie : 

  • pour les personnes de petite corpulence, un matelas très ferme risque de leur être désagréable, car il n’y aura aucune sensation d’enfoncement

  • pour les personnes de forte corpulence, un matelas trop moelleux ou enveloppant ne vous apportera pas le soutien nécessaire pour maintenir la colonne vertébrale, que ce soit en profondeur ou en accueil

Par extension, certaines technologies de matelas sont plus recommandées que d’autres en fonction du profil du dormeur. Si vous avez besoin d’un bon soutien ferme en profondeur pour maintenir votre dos, privilégiez un matelas à ressorts. De plus, si l’on vous a recommandé les avantages de la mousse viscoélastique, tournez-vous vers un matelas à mémoire de forme.

Notez que l’avis d’un professionnel de santé sur la literie à choisir avec un mal de dos peut être décisif. Les kinésithérapeutes peuvent, par exemple, vous recommander des articles de literie à favoriser (ou à éviter) en fonction de vos douleurs personnelles.

trouble-sommeil-5

Le matelas, seul responsable du mal de dos ?

Comme expliqué en amont, le choix d’un bon matelas va évidemment représenter le point le plus important dans la lutte contre les maux dorsaux liés à la literie. Il n’en reste pas moins que le matelas est loin d’être le seul responsable des douleurs dorsales nocturnes. Dans les principaux coupables, on retrouve souvent l’oreiller et la position adoptée lors du sommeil.

L’oreiller

Quand on parle de sommeil, difficile de ne pas évoquer l’importance de l’oreiller. En effet, ce dernier, en plus de représenter un gain de confort, sert à soutenir nos cervicales et à bien aligner notre colonne vertébrale. Dormir avec un mauvais oreiller peut alors être au moins aussi néfaste pour le dos que de dormir sur un mauvais matelas.

Pour trouver le bon oreiller, les critères sont les mêmes que pour un bon matelas : confort et soutien. De même, il est très important de lier le choix de votre oreiller avec la  position adoptée pendant le sommeil. En fonction de votre position, l’épaisseur et la fermeté de l’oreiller ne vont pas être les mêmes. Encore une fois, l’avis d’un professionnel de santé doit être consulté pour le choix de votre oreiller, surtout pour des douleurs intenses et répétées.

La position

Parmi les diverses façons de dormir, quelques-unes sont à éviter. La meilleure position pour dormir est sur le dos, car cela permet un alignement optimal de la colonne vertébrale. Dans une moindre mesure, dormir sur le côté (les genoux ne doivent néanmoins pas se trouver au-dessus de la taille) reste une position correcte.

Dormir sur le ventre est par contre une position à proscrire. En effet, votre poids vous enfonce dans le matelas et courbe votre colonne. Cela est très mauvais à long terme car votre dos n’est jamais maintenu correctement. C’est aussi néfaste pour votre système cardio-respiratoire, qui est compressé pendant des heures.

Dormir en position fœtale peut être rassurant, mais c’est aussi mauvais pour votre dos. La courbure de la colonne vertébrale dans cette position est trop marquée, ce qui ne lui permet pas un repos optimal. De plus, vos organes internes sont comprimés et les points de pression (épaules, hanches) ne peuvent être soulagés comme ils le devraient.

Une bonne literie suffit-elle à réduire les douleurs de dos ?

Avant de partir acheter un nouveau matelas ou oreiller, il est important de bien comprendre que les douleurs dorsales du réveil sont parfois simplement à mettre au crédit de nos habitudes et modes de vie ou d’un problème de santé plus grave. Le lien entre literie et mal de dos dépend de divers facteurs et votre matelas n’est pas toujours la raison de votre gêne.

Sédentarité, mauvaise position sur la chaise au bureau ou sur votre canapé, métier sollicitant fortement le dos... Tellement de facteurs peuvent expliquer les douleurs dorsales et diverses pathologies plus graves comme des hernies, etc. Certes, une bonne literie permet d’atténuer au maximum les douleurs ressenties pendant la nuit et de soulager votre dos, mais elle ne pourra en aucun cas les éliminer si la cause est autre que la qualité de votre literie. Si les douleurs sont trop importantes, n’hésitez pas à consulter votre médecin pour effectuer un diagnostic.